Interview Jonathan Chan, influenceur tech et digital à suivre absolument

jonathan-chan-interview-creative-pub-marketing

Toujours dans l’optique de vous présenter des profils intéressants à découvrir dans notre rubrique « interview d’experts ». Aujourd’hui j’ai eu l’occasion d’interviewer Jonathan Chan, influenceur dans le milieu du marketing digital et la tech afin de connaître son point de vue et les raisons de son succès dans ce secteur d’activité. Sans trop tarder, je vous laisse avec l’interview.

  • Hello Jonathan, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Hello Mehdi, je me présente Jonathan Chan, je me définis comme étant un « slasher » qui cumule de nombreuses missions ce qui est inhérent à notre époque.

L’activité par laquelle je suis le plus visible est la veille sur le digital & le marketing. Je relaie tous les jours cette veille sur Twitter à partir du compte @ChanPerco et j’effectue des analyses sur LinkedIn.

Cependant, je travaille aussi à mi-temps pour le compte du groupe de communication dans le monde, Dentsu Aegis Network, en tant que Community Manager et Chef de Projet Digital, et pour l’autre moitié du temps chez iProspect, l’agence de performance digitale du groupe, avec le même intitulé du poste.

En complément, je m’occupe de l’influence à partir des réseaux sociaux à propos des sujets sur le numérique, le marketing et les startups. Soit pour mon propre compte ou pour la Brigade du Web : un collectif d’influenceurs au service des événements.

  • Quel est ton réseau social favori ?

Je passe toujours beaucoup de temps sur Twitter, un réseau social qui correspond à ma curiosité avec beaucoup d’actualités, en temps réel où chacun peut avoir une bonne visibilité.

Tous les sujets qui commencent à être viraux démarrent sur ce réseau social et il demeure le moins exposé aux bulles de filtre. En effet, Twitter a récemment redonné le choix aux utilisateurs entre un filtre antéchronologique et un filtre algorithmique.

Je vous recommande le choix du filtre antéchronologique pour Twitter (marche à suivre sur ce lien) qui permet de recueillir l’ensemble des opinions, ce choix nécessite aussi d’avoir un nombre d’abonnements peu élevé afin de suivre l’ensemble des actualités.

Après, j’apprécie de plus en plus Linkedin, comme il s’agit de profils publics, nous pouvons obtenir des discussions de qualité (seulement si on partage des liens de qualité).

En effet, l’aspect conversationnel sur les réseaux sociaux a été perdu néanmoins on  le retrouve encore sur LinkedIn car les publications se reposent sur le fond.

Enfin, je note la montée en puissance d’Instagram qui à partir des photos va donner un lien émotionnel. De plus avec les stories, nous avons le pouvoir de donner à notre audience du « storytelling ». J’associe ce réseau social comme étant de la fidélisation qui permet de se rapprocher de son audience.

  • Quelles seront les grandes tendances en web & social media en 2019 ?

Sur le web, je pense d’abord à l’essor du marketing vocal. Selon Gartner, 30% des recherches se feront sans écran d’ici 2020.

De millions de personnes ont un Amazon Echo ou un Google Home à la maison ou au travail. Les GAFA comptent en mettre partout, j’ai récemment entendu parler des projets de l’installer dans une voiture avec le partenariat Google – Renault – Nissan et dans un micro onde chez Amazon.

Bien que l’intelligence vocale connaît encore quelques ratés, nul doute qu’avec le Machine Learning, ces assistants vocaux ne pourront que s’améliorer.

Pour le Social Media, on ne peut pas ignorer l’essor du marketing d’influence. Les budgets médias se tournent vers ce levier car les individus ont de moins en moins confiance aux marques (essor de l’Adblocking…). Les influenceurs sont devenus les intermédiaires entre les marques et les personnes grâce à leur proximité avec leur audience, de la capacité à générer de la conversion et une plus grande personnalisation pour transmettre des émotions.

La menace principale sera de conserver de l’authenticité des influenceurs devant les nombreux partenariats de marque. Néanmoins, il est aussi dans la responsabilité des marques et des agences de gérer le phénomène des fake followers, en prenant en compte davantage d’indicateurs que le nombre de followers pour calculer la vraie influence.

  • Trois qualités indispensables pour être un influenceur aujourd’hui ?

De nombreuses personnes cherchent à devenir influenceurs de nos jours, il est important de rappeler certaines qualités pour le devenir :

  • Être passionné : être influenceur est d’abord une histoire de coeur et de partage auprès de son audience, “on ne cherche pas à être influenceur, on le devient”. Il est nécessaire d’être patient. Pour ma part, j’ai mis 3 ans avant d’avoir mes premiers partenariats avec les marques.
  • Différenciant : on doit déceler la plus-value de l’influenceur, elle peut se faire via sa créativité, sa pertinence ou ses valeurs.
  • Authenticité : depuis que les marques ont compris l’apport du marketing d’influence, les influenceurs ne doivent pas couper le cordon avec ceux qui ont fait leur succès : leurs fans/followers. La transparence doit être donc de rigueur.
  • As-tu des sites, blogs ou personnes à suivre à recommander comme source d’inspiration ?

J’avais déjà recommandé une liste de personnes dans un autre billet de blog, je vais préconiser une liste de blogs qui méritent d’avoir plus d’exposition et qui sortent des articles pertinents :

  • Quelles sont les outils que tu utilises au quotidien ?

Mes choix d’outils se portent davantage sur la manière de s’informer de manière pertinente, puis je me focalise sur la création et la planification.

Pour l’analyse des résultats, le temps consacré est marginal parce que l’analyse peut être vite chronophage.

Pour effectuer de la veille, j’utilise des flux RSS comme Feedly ou Netvibes, cependant ceux-ci fonctionnent à vase-clos.

En complément, je regarde les liens les plus partagés via Digg ou Nuzzel, j’analyse sémantiquement ce que se dit sur les réseaux sociaux à partir de TweetDeck. Pour programmer, j’ai ma préférence pour des outils tels que Hootsuite et Buffer.

L’analyse et le reporting des réseaux sociaux s’effectuent à partir de Talkwalker ou Make Me Stats. Afin de réaliser des visuels , j’utilise les outils tels que Photoshop ou CanvaEnfin pour trouver des hashtags pertinents, rien ne vaut un RiteTag.

  • Un petit mot pour la fin ?

Un grand merci chaleureux à Mehdi pour cette interview. Je préconise à tous de consacrer un certain temps à lire de longs articles ou des livres.

Avec les réseaux sociaux, nos cerveaux réclament de la vitesse et arrivent de moins en moins à se concentrer. En accordant un certain temps à la lecture profonde, vous développerez une analyse critique.